Eglise

Présentation
Sillas est située dans :
- Le canton du SUD-GIRONDE
- L'Arrondissement de LANGON

Elle fait partie :
- de la CdC du Bazadais 
- du Pays des Landes de Gascogne

Population : 110 Habitants

Superficie : 7,63 km²

Altitude : 125 mètres
Communes limitrophes
- Grignols au nord-est
- Cours les Bain au sud-est
- Marions à l'ouest
- Masseilles au nord-ouest
- Saint-Martin-Curton au sud


Séchoir à tabac


Eglise Notre Dame


Mairie

Le sol sablonneux du territoire est favorable à la forêt.

La commune est dépourvue de bourg la mairie est située à un carrefour, à proximité d'une scierie, et l'église est au milieu des champs.

Historique

Au Moyen Âge, la paroisse de Sillas est dans la juridiction de la seigneurie de Lerm et appartient donc aux évêques de Bazas. Sa dîme est donnée au prieuré de Notre-Dame de Laguardère, établissement disparu qui, selon un acte de 1388, aurait pu se trouver à Saint-Michel-deCastelnau. 

À la Révolution, la paroisse Saint-Vincent d'Heulies et son annexe, Notre-Dame de Sillas, forment la commune de Sillas3.

Deux moulins ont été construits sur le Barthos : le moulin de Bonloc et le Moulin Neuf qui appartient jusqu'en 1790 à l'évêque de Bazas.

L'église Notre Dame

L'église, entourée de son cimetière, est isolée au milieu des champs. La nef rectangulaire, l'abside en hémicycle ainsi que les baies romanes datent du XIXème  siècle.

À l'époque de sa construction, les fidèles ne disposaient pas de chaises pour assister aux offices. Les murs de l'abside, plus épais que ceux clé la nef, ont toutefois permis l'aménagement d'un banc, peu profond, qui se prolonge en partie dans la nef. 

L'église est actuellement couverte d'un lambris de bois sous la charpente. Le clocher-pignon, très aigu, percé d'une porte gothique, est reconstruit à la fin du Moyen Age.

La date de 1683 figure au-dessus de la porte sud. Contre le mur sud de l'église, une sacristie est ajoutée : sa fenêtre à l'est est datée de 1772.

Au cours des années 2015 et 2016, il a été procédé à la restauration de notre église avec deux nouveaux vitraux au niveau de la nef.


Dans les champs


Coté Est


Coté Ouest


Le portail et son porche

Séchoir à tabac

En 1942, environ 500 planteurs de tabacs sont dénombrés dans le canton de Grignols, en 1985 il n'en reste que 88 et au début du XXIème siècle seulement 3.

Les séchoirs, très nombreux dans le canton, attestent encore cette culture passée très active. Le tabac, semé en mars, est ensuite repiqué aux distances réglementaires, ébourgeonné, écimé, et effeuillé.

En septembre, le plant est coupé au ras de terre. Chaque pied est suspendu par le tronc à l'aide de cordes dans le séchoir, où il est aéré pendant deux à trois mois, selon le degré d'humidité de la saison.

Les feuilles sont enfin triées.

Autrefois, le séchoir était entièrement construit en bois et couvert de tuiles, et ses piliers reposaient sur des plots de pierre.

Celui-ci a été protégé de l'humidité du sol par l'ajout, dès la fin du XIXème siècle, d'un soubassement en brique.